Évènement: Une journée de découvertes! Retour sur le Salon International des Vins et Spiritueux de Québec 2013

Entrée

J’avoue, même en m’étant préparé et en ayant analysé le plan de salle à maintes reprises, j’étais un peu intimidé quand je suis arrivé au Salon.

À l’entrée, on nous offre notre verre qui nous servira tout au long des dégustations. Ensuite, c’est plutôt freestyle, on y va comme on le sent, à droite ou à gauche! D’ailleurs je déplore un peu l’absence de signalétique de l’évènement! Ça pourrait être intéressant de créer des parcours pour les néophytes afin qu’ils s’y retrouvent.

Dégustation

J’ai débuté mes dégustations avec le kiosque des Vins du Québec où étaient représentés la plupart des vins certifiés A.V.Q. (Association des Vignerons du Québec).

J’ai d’abord été séduit par les étiquettes du Domaine de Lavoie : ultra brillantes sur papier métallisé avec des typos bâton à la mode: j’aime! Leur blanc fût une véritable découverte que j’intégrerai définitivement à un 5 à 7 en début d’été. Leur vin de glace est également exquis! Seule note négative, le vigneron présent semblait plus intéressé à faire autre chose que m’informer sur le vignoble et répondre à mes questions…

Ensuite, j’ai fait un saut du côté du Vignoble Sainte-Pétronille, que je connais bien, où j’ai eu la chance de découvrir leur nouveau produit, Vendange Tardive, avec la propriétaire de l’établissement qui était vraiment géniale! J’adore rencontrer des gens stimulants comme elle, qui sont fiers de leurs produits!

Par la suite, on m’avait très fortement suggéré de visiter le Loup Blanc, mon véritable coup de cœur, comme plusieurs, fût le Piège à Louve: un pétillant naturel!

J’ai eu une véritable révélation en goûtant au vin de tomates d’Omerto. J’avais lu différentes critiques sur le net, mais je voulais me faire ma propre opinion. D’accord, je n’en boirais pas une bouteille au complet, mais je vois vraiment les possibilités d’accord que je pourrais faire avec de la bouffe! Le sec s’accorderait parfaitement avec des plats asiatiques, par exemple, avec son subtil goût de gingembre. C’est très léger et rafraîchissant.

En tournant le coin après avoir découvert le vin de tomates, je tombe face à face avec des dizaines de pots de confitures et chocolats, prêts à être dégustés! La gentille représentante de Duhaime me répète: “Vous pouvez tous les goûter, Monsieur!” Mes deux pots préférés? Chocolat figue et porto ainsi que confiture pêche, cerise et amaretto!

Mention spéciale au vigneron du Cep d’Argent qui connaissait son produit de fond en comble et qui m’a fait découvrir son Kir Royal!

Aller prendre une marche

Après cette succession de dégustations en si peu de temps, j’ai pris la peine d’aller prendre une marche pour aller rejoindre Véronique et Sylvie dans le Vieux-Québec, afin de ne pas faire un fou de moi-même! Ma révélation: on peut cracher sans se sentir mal devant le vigneron, sinon on peut rapidement devenir ivre comme certaines personnes présentes au salon, oh!

Refaire le tour

Comme j’avais eu la chance de faire de la reconnaissance en après-midi, j’ai indiqué quelques bons coups à mes amies bloggeuses. On a refait le tour et j’ai pu découvrir le rouge Ultimatum Climat.

J’ai ensuite trempé mes lèvres dans un vin jaune des Côtes du Jura. À chaque fois, j’adore! Mais j’ai toujours un peu de difficulté à trouver avec quoi je pourrais marier ce type de vin si particulier.

J’ai aussi goûté au fameux champagne Bollinger, le nectar de James Bond! Honnêtement, étant donné l’attente qu’il y avait devant ce kiosque, je n’ai pas su l’apprécier à sa juste valeur. Ah, et aussi le fait qu’on avait très, très faim n’a sûrement pas aidé à la cause!

Mention spéciale aux spiritueux de Canadian Club et à leur représentante colorée! Elle m’a fait découvrir deux produits géniaux soit le Canadian Club Sherry Cask: un whisky tellement crémeux et agréable en bouche et aussi le tout nouveau ginger ale aromatisé au whisky, un produit qui sera certainement un hit cet été!

Avoir faim

On m’a toujours dit que ce n’était pas bon de prendre de l’alcool le ventre vide. Et c’est vrai! L’alimentation quasi-absente à mon passage a été pour moi une véritable lacune du Salon. J’ai pu croquer, pour 2$, une bouchée d’un délicieux canapé au smoked meat de canard du Canard Goulu, mais ce n’en était pas assez pour réellement satisfaire ma faim. J’aurais apprécié avoir quelques kiosques, un peu comme à Bordeaux Fête le Vin cet été, où on aurait pu se créer un plateau sur mesure, et par la même occasion, découvrir la cuisine de plusieurs établissements. Avoir faim en goûtant des vins, c’est vraiment pas top (et pour ceux qui y étaient, oui je sais, il y avait du pain). Bref, pour le prochain Salon, je souhaite une section dédiée à la bouffe!

Note finale

Les organisateurs ont vraiment réussi à créer un bel évènement d’ampleur à Québec, qui réunit des milliers de produits à un seul et même endroit. J’ai trouvé l’évènement très inspirant et, même en tant que néophyte, ça m’a définitivement motivé à m’intéresser encore plus au sujet!

About these ads

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s